Womanifesto

womanifesto
fiona-et-gabriel
Lettre ouverte aux femmes et aux hommes d’aujourd’hui et de demain.
« L'histoire de la résistance des hommes à l'émancipation des femmes est encore plus instructive
que l'histoire de l'émancipation des femmes. »
Virginia Woolf
« L'histoire de la résistance des hommes à l'émancipation des femmes est encore plus instructive que l'histoire de l'émancipation des femmes. »
Virginia Woolf

Témoin de mon époque, j’assiste à cette révolution #metoo. Optimiste, c’est une claque amplement méritée pour la loi du silence qui se brise avec fracas sous les yeux d’une génération animée par un désir sincère d’authenticité, une recherche légitime de sens et une quête primordiale de transparence. Sceptique par ailleurs, cette prise de conscience et de contrôle est symptomatique d’une relation entre les genres bercée par une certaine violence, qui oppose, divise et éloigne.

J’observe alors avec enthousiasme l’émergence d’un second mouvement sous-jacent, porté par celles et ceux qui ne se retrouvent pas dans ce militantisme radical et préfèrent mettre à l’honneur ces figures masculines qui bousculent les archétypes ; ces hommes normaux mais pas moins formidables lorsque les généralités stéréotypées priment sur les références à valoriser ; ces exemples nombreux de pères présents, de maris aimants, d’amants attentifs, d’amoureux admiratifs, de frères solidaires, d’amis progressistes, de collaborateurs empathiques, de patrons respectueux, de partenaires téméraires, de mentors affranchis, d’artistes avant-gardistes et de héros ordinaires.

Il me semble pourtant que ce courant de pensée peine encore à trouver son porte-parole, comme s’il n’était pas politiquement correct de le revendiquer, comme si, de manière binaire, contradictoire et incompatible, l’élan de douceur dénonçait la condamnation effectivement essentielle, l’espérance reprochait la remise en question évidemment nécessaire et la forme reniait le fond éminemment indiscutable, comme si finalement la main de fer ne pouvait se parer d’un gant de velours.

En outre, je constate et j’expérimente que professionnellement les femmes se heurtent toujours à un réel plafond de verre. Si le « made by women for women », « l’entrepreneuriat au féminin » et les discriminations positives ont été un passage incontournable pour mettre en lumière d’importants rôles modèles, la sororité ne suffit plus et nous enferme désormais dans cet entre soi qui maintient notre barrière psychologique, devient notre talon d’Achille et révèle notre manque d’exigence individuelle et commune.

Il est grand temps je crois d'avoir un coup d'avance sur la modernité, d'arrêter de compter les points et d'admettre que pardonner cette résistance n'est pas une faiblesse ni une défaite et surtout pas un renoncement. Il est grand temps également d’impliquer les hommes dès à présent, sans victimisation ni concessions, sans nostalgie ni compromis, de leur donner une vraie chance de s’exprimer et de les écouter sans idées préconçues ni jugement a priori. A cette condition seulement, il se pourrait bien que l’on se surprenne l’un l’autre, que l’on parvienne ensemble à sortir de ce climat ambiant de défiance permanente et que l’intelligence collective fasse des merveilles.

Je lance cet appel car l’origine, l’essence et l’âme d’un projet c’est l’émotion, la passion et l’obsession de son créateur. C’est là aussi que notre binôme ingénieux prend toute sa dimension : en échos à l’intention empreinte d’élégance, de curiosité et de générosité d’un garçon spécial, Gabriel, mon associé dans cette aventure, cette marque se veut un miroir tendre, une introspection subtile, une voix positive, avec des mots à notre image, parce que dans ses tripes et parce qu’elle nous ressemble, cette entreprise a une sensibilité à affirmer, un message atemporel à transmettre, un plaidoyer pour un féminisme inclusif à incarner.

A l’aune de ce voyage initiatique, notre cœur de métier se prolonge en métier de cœur qui a la vertu majestueuse d’explorer un idéal d’avenir, de distiller un futur inspirant et d’embrasser une raison d’être pleine d’imagination. Paraît-il qu’une femme qui aime transforme le monde, parions donc qu’une femme qui aime les hommes transforme le monde avec eux. C’est cette vision tolérante, universelle et poétique que je veux partager ici, c’est cette mission en faveur d’une société éclectique, juste et équitable que doit célébrer My Holy.

signature-fiona